Avertir le moderateur Les blogs du Téléthon sont hébergés par blogSpirit Téléthon 2015 header

22 novembre 2012

Recommandations vaccinales

Les myasthéniques traités par corticothérapie et/ou immunosuppresseurs et/ou biothérapie nous demandent souvent s'ils peuvent, s'ils doivent se faire vacciner.

Généralement, vous le savez déjà :
Les vaccins vivants (viraux ou bactériens) sont contre indiqués en raison du risque de survenue de maladie infectieuse vaccinale.
Les vaccins inactivés ou sous-unitaires peuvent être administrés sans risque

Pour aller plus loin, nous sommes allés voir l'avis du 16 février 2012 du Haut Conseil de la Santé Publique relatif aux recommandations vaccinales spécifiques des personnes immunodéprimées. 


myasthenie,vaccins et corticothérapie,vaccins et immunosuppresseurs

Sachez que des vaccins vivants peuvent être envisagés dans certaines situations et au cas par cas, après avoir confronté le risque de la vaccination d’une part, et le risque de la maladie infectieuse que l’on cherche à prévenir d’autre part.

D'autre part, l'efficacité des vaccins inactivés est souvent diminuée du fait de la prise des traitements immunosuppresseurs et/ou corticothérapie, ce qui justifie dans certains cas des schémas de vaccination renforcés et, dans certaines situations, le dosage des anticorps sériques protecteurs quatre à six semaines après la vaccination.

Les vaccins polyosidiques non conjugués (pneumocoque, méningocoque) sont peu immunogènes et leur efficacité diminuée chez ces patients devrait faire préférer l’utilisation de vaccins polyosidiques conjugués.

La vaccination de l’entourage est également importante.

En détail, en 3 couleurs, les vaccins contre indiqués et ceux qui sont recommandés :

myasthénie,vaccins contre indiqués

 

myasthénie, vaccin


 


 

 

 

 

myasthenie, vaccin

En savoir plus sur Vaccins et corticoïdes :  

  • La corticothérapie inhalée ou administrée localement n’est pas une contre-indication aux vaccins vivants atténués lorsqu’elle n’est pas associée à un autre traitement immunosuppresseur.
  • Concernant la vaccination contre la fièvre jaune, le ROR, la varicelle :
    - Chez les patients traités par corticothérapie à une posologie ≤ 10mg/j d’équivalent-prednisone (≤ 2mg/kg/j chez l’enfant), et ne recevant pas de traitement immunosuppresseur et/ou de biothérapie, la vaccination par un vaccin vivant peut être réalisée.
    - Pour des posologies supérieures à 10mg/j d’équivalent-prednisone (> 2mg/kg/j chez l’enfant), la vaccination reste possible seulement si la corticothérapie est prescrite depuis moins de 2 semaines.
    - Cas particulier des « bolus » de corticoïdes : ils contre-indiquent l’administration d’un vaccin vivant durant les 3 mois qui suivent. 

 L'avis du Haut Conseil de la Santé publique : ici

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.